Feel it !




Paroles et musique de Dan Speerschneider
un album pour célébrer la vie ;-)

lundi 14 décembre 2015

La solution de tous nos problèmes


Un problème n'est problématique que depuis la perspective duelle d'un individu séparé, et la croyance qu'il y a quelque chose à gagner ou à perdre dans telle ou telle situation. Le problème n'est problématique que tant que subsiste la croyance en une personne disposant d'un libre arbitre faisant toujours naître l'angoisse devant la possibilité de faire le mauvais choix. Sans l'anticipation imaginaire, il n'y a pas de place pour un quelconque problème. L'éternelle présence que nous sommes n'éprouve jamais aucun problème ou aucun manque à combler.


C'est seulement lorsque l'activité mentale s'est épuisée à écumer les différentes solutions pour résoudre un problème et qu'il reconnaît la vanité de toute quête de réponse objective, qu'il exprime enfin sa véritable nature silencieuse. Il révèle alors une conscience inconditionnée qui n'exprime ni préférences, ni manque, ni peur. Cet espace silencieux de présence consciente, sans bords, sans centre, non localisé, sans commencement et sans fin est la solution de tous nos problèmes.

Reconnaissez que vous êtes en cet instant même et depuis toujours cette présence silencieuse sans choix. Réalisez que la lecture de ce texte apparaît dans cet espace silencieux, avant même que n'émerge l'idée d'un quelconque lecteur.

Lorsqu'un problème apparaît au sein de cet espace de conscience silencieux, sans personne pour le justifier, le condamner ou l'interpréter dans un sens ou dans un autre, constatez que le soi-disant problème n'est plus problématique. Il est tel qu'il est et s'offre à une attention libre de peurs et de désirs, de jugements et de résistances. Tout problème exploré et perçu depuis la perspective non duelle révèle aussitôt sa nature non problématique. Le soi disant problème se résout de lui-même en se découvrant, se déployant, s'épanouissant puis se résorbant en Vous. Vous en tant que cet espace de Présence consciente, silencieux et sans limites. 

Avant de tenter de résoudre un soi disant problème, n'est-il pas encore plus simple de réaliser que le dit problème n'a en réalité jamais vraiment existé ?

Est-ce que ça vaut le coup de tenter de solutionner des problèmes qui lorsqu'on les explore de façon patiente et directe nous révèle finalement qu'ils n'en sont pas ? 


Constatons simplement combien nous refusons à chaque instant de voir les choses telles qu'elles sont. Notons simplement à quel point nous sommes prompts à juger, condamner ou justifier. Voyons à quel point notre regard s'encombre continuellement d'un interprète, d'un policier, d'un avocat, d'un juge, d'une victime et d'un bourreau. 



Comment cela peut-il être aussi simple ? Voyons cela de plus près. 

En réalité une chose n'est compliquée qu'en tant qu'elle ne s'accorde pas avec ce que vous croyez déjà. Lorsque vous réalisez que toute croyance apparaît dans l'espace de Présence consciente et silencieuse que vous êtes, il n'y a plus lieu de devoir accorder l'expérience avec une croyance quelconque. L'espace de Présence que vous êtes est vide de mémoire, vide de passé, vide de résistances, vide de préférences, vide de peurs et de désirs. Dans le mystère de l'instant, vous êtes toujours vide de croyances, vide de prétentions, vide de demandes. Cet espace de pure présence consciente est en amont des notions de sujet et d'objet qui sont des fabrications mentales ultérieures. L'espace sans forme que vous êtes est vierge de commentaires. Il est ce que vous êtes à chaque instant depuis toujours et qui n'est simplement pas réalisé.


Dans cet espace, il n'y a plus personne pour s'attacher à une histoire ou faire un problème de quoi que ce soit. Pour l'espace de conscience inconditionné que nous sommes, en amont de toute pensée, les choses et les situations sont telles qu'elle sont, un point c'est tout. Cela est. D'instant en instant ceci est tout ce qui est. 


Reconnaissons en outre qu'un effet subsidiaire de cette réalisation est qu'en dissolvant les imaginaires inutiles et en dénouant les superflus "il faut", "je préfèrerais que", et les "tout irait très bien si seulement", la vision non duelle optimise les capacités du corps-mental et booste son bon sens et son sens pratique. Réaliser la perspective non duelle où rien n'est jamais problématique en soi mais juste "tel que c'est", permet paradoxalement de résoudre de la façon la plus directe, concrète et fonctionnelle tous les problèmes relatifs du monde.

Car, de la même façon qu'un circuit électrique fonctionne mieux sans résistances inutiles, et que la perfection d'une machine se mesure à sa capacité de perdre un minimum d'énergie, un organisme corps mental fonctionne mieux sans croyances inutiles et identifications abusives. La plus néfaste de toutes étant celle de croire que ce que je suis est un corps mental, une entité séparée du monde et des autres, au contrôle de la vie, pensant ses pensées et posant librement ses actes.


Toutes choses étant égales par ailleurs un geste s'effectue toujours avec plus d'aisance, de fluidité de justesse et de beauté lorsqu'il est direct et non filtré par des peurs et des désirs personnels, lorsqu'il n'est pas freiné par une entité inexistante a qui on donne une importance inutile. 

Que le geste soit celui d'un chanteur lyrique, d'un homme de ménage, d'une mère langeant son bébé, d'un guérisseur posant des mains écouteuses sur un zona en éruption, d'un orateur, d'un sniper à l'affût, d'un chercheur en mathématiques, d'un danseur, d'un peintre en bâtiment, d'un amant faisant l'amour, celui-ci s'effectue toujours mieux sans l'illusion d'un auteur inexistant, entravant inexorablement la créativité de la Vie elle-même.

Amor Fati




"There is nothing to find when it’s found,
there is nowhere to go when it’s here,
there is nothing to do when it’s done,
there is nothing to look for when it’s seen,
there is nothing to be when we ARE."

                                                       Wei Wu Wei*


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire