Feel it !




Paroles et musique de Dan Speerschneider
un album pour célébrer la vie ;-)

mardi 18 octobre 2016

Fata Morgana*


Ce que nous cherchons est si délicat, si intime, et en même temps si mystérieusement transparent que, dés que nous faisons le moindre mouvement volontaire pour le saisir ou le comprendre défintivement, dés que nous faisons le moindre pas pour aller en sa direction, nous nous en éloignons inexorablement.
En pensant pouvoir l'attraper là-bas, nous le voilons Ici.
Ce que nous cherchons nous échappe fatalement, comme le rivage d'un amour idéal et imaginaire, comme le mirage d'une oasis inespérée dans le désert, susceptible de mettre fin à nos soifs inextinguibles.
Lorsque nous semblons pouvoir l'embrasser enfin, il se dissipe pour réapparaître un peu plus loin, à peine plus loin d'ailleurs, juste assez pour que sa poursuite demeure plausible et, ainsi de suite, maintenir la quête d'une étoile inaccessible, d'un horizon à jamais insaisissable afin que le jeu puisse continuer ad libitum, ad vitam eternam.
La Fée Morgane se forme et se déforme dans la brume enveloppante de nos pensées d'alizés et d'écume.
Nous aimons par dessus tout oublier qui nous sommes pour jouer au jeu du bâton et de la carotte, et nous prendre pour un âne en chemin, mû par la peur et le désir .
Le logiciel du mental, n'ayant pas reçu de mise à jour depuis sa programmation par la prophétie autoréalisatrice du docteur Coué, veut passer en force. Il nous enjoint d'espérer encore et encore et de continuer à penser la vie, plutôt que de la vivre, la traduire plutôt que de la ressentir. 
Mal informé, non upgradé, il donne à croire que la solution se trouve dans l'accumulation des savoirs et la juste reconfiguation de la mémoire. "La preuve, dit-il : comme une asymptote, je m'approche de plus en plus de ma droite, de ma plénitude, de ma fée, de la paix et du bonheur,"
                                                                pour réaliser soudain,
                                                                                                                    qu'il ne l'atteindra jamais....
C'est alors seulement que le mental, comprenant sa propre limite, fait hara kiri en s'abandonnant à la plénitude infinie dont il est issu tout en semblant la révéler.
Vive les feés et les Fata Morgana qui d'abord nous trompent si joliment pour mieux nous désabuser, puis nous éclairer sur les faits et la nature irréelle des fées, en levant le voile de l'illusion sur l'Amour que nous sommes et dont elles sont la plus jolie des expressions.



Une Fata Morgana est un phénomène optique qui résulte d'une combinaison de mirages (perturbations des rayons lumineux au passage à travers un gradient thermique dans l'atmosphère).
Les Fata Morgana sont assez rares mais ont lieu plus couramment dans certaines régions, notamment dans le golfe de Botnie, dans la mer Baltique, dans la baie de la Table (Le Cap, Afrique du Sud) et dans les régions polaires, mais aussi dans le détroit de Messine.
C'est au Moyen Âge que ce phénomène a été rapporté pour la première fois, par des croisés qui, naviguant dans la mer Méditerranée, affirmaient avoir aperçu de fantastiques châteaux se refléter dans la brume près du détroit de Messine (entre l'Italie et la Sicile). 
Et ce n'est pas un hasard la Sicile (😂). J'ai moi même été le Témoin émerveillé d'un de ces phénomènes plus qu'être ange se déroulant en Sicile récemment; à Syracuse plus précisément. ❤️
Au Moyen Âge on attribua ce phénomène à la Fée Morgane (d'où le nom de Fata Morgana, « Fée Morgane » en italien, adopté par la suite), qui, d'après la légende arthurienne, avait le pouvoir d'élever des palais au-dessus des flots et d'agir sur le vent.
Heureusement tout s'explique. La raison est sauve. En effet, des conditions particulières sont nécessaires pour qu'une Fata Morgana soit perceptible : il faut que des couches d'air chaud et des couches d'air froid se superposent, entraînant une succession de mirages supérieurs et de mirages inférieurs. Les images qui parviennent à l'œil de l'observateur sont ainsi amplifiées et déformées de manière spectaculaire, et celui-ci peut alors apercevoir des objets illusoires, objets ou paysages situés sur l'horizon, voire plus loin.
Et vous, voyez-vous les fées, euh les faits, tels qu'ils sont vraiment ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire