Feel it !




Paroles et musique de Dan Speerschneider
un album pour célébrer la vie ;-)

jeudi 27 février 2014

La véritable méditation c'est être


Un jour de l'été 1997, alors que je pratiquais la plongée en apnée au large de La Ciotat, j'avalai par inadvertance, au travers de mon tuba, une eau polluée par un dégazage de bateau. Je fus très vite pris d'un malaise irrépressible. Après avoir lutté d'interminables minutes contre l'évanouissement, je pus regagner in-extremis le bord. Je me retrouvai assis sur un rocher, exténué, complètement vidé et dans un état d'hébétude à regarder vers le large lorsque soudain je pris conscience de la beauté inouïe de la vie. J'avais complètement disparu. Au loin un voilier voguait tranquillement sur la mer scintillant des mille éclats d'un soleil de midi dans un ciel sans nuages. Je pris conscience que le corps pouvait cesser de vivre, le moi que j'avais tant chéri se dissoudre et le monde des formes avec mais, que l'essentiel, la vie elle-même, une vie bouillonnante de vie et de joie veillait amoureusement en arrière plan et vibrait en chaque chose et que j'étais Cela. Ce fut un de ces moments de grâce que la vie nous prodigue comme une bénédiction et que les mots forcément écorchent. La personne avec son cortège de masques et de filtres avait complètement disparue, laissant place à l'intensité vibrante d'un nuancier de bleus et de verts dansant dans les vagues. Il était su qu'une Présence silencieuse et mystérieuse mais absolument évidente, était omniprésente et que Cela ne pouvait jamais disparaître. J'éprouvais une joie incroyable à constater que tout apparaissait et disparaissait au sein de cette Vie toujours vivante et que la mort du corps la mort de la personne n'était qu'une apparition-disparition de plus. Aucune activité mentale ne venait troubler la beauté et la tranquillité de cet point d'orgue hors du temps. Le monde des couleurs et des formes étaient perçues mais il n'y avait personne qui regardait. Des choses se produisaient mais ils n'arrivaient pour personne. J'étais cette Présence silencieuse et consciente d'être consciente, Une et Impersonnelle, imbibant toutes les formes, les rochers, le minuscule voilier proche de la ligne de l'horizon, le soleil, le ciel et le mouvement des vagues avec ses milliards de scientillements. Un amour infini et indestructible m'envahit et embrassait toutes choses. Je sus du plus profond de mon être que j'étais Cela.


Sur un plan essentiel la méditation n'est pas l'activité ou la pratique d'une personne en vue d'atteindre un certain état d'être. Méditer c'est être. Méditer c'est voir que les choses surviennent, tout simplement. Méditer c'est voir d'un regard libre et non orienté que le moi ou la personne avec son histoire et ses filtres innombrables font également partie des choses qui naissent et meurent au sein de la Conscience Une et impersonnelle, qui perçoit tout cela. Méditer c'est constater d'instant en instant l'apparition-disparition du moi depuis cet Espace de Présence silencieuse qui lui n'apparaît pas et ne disparaît pas.
La méditation est libre de toute intentionnalité. Elle est un expression naturelle du silence. Elle ne se réfère ni à un méditant, ni à un objet de méditation. La réalité de mon être véritable est sans pensées. Elle est présente avant même que j'apparaisse. Elle est transparente, inaltérable et toujours neuve. C'est le regard de l'enfant émerveillé, de l'ami bienveillant, du Bouddha. Méditer n'est donc pas une activité réalisé par une entité séparée. Méditer c'est être. Cela se produit déjà.

Parmi les croyances qui empêchent ce regard d'évidence de se réaliser, il y a la croyance en un "moi" qui vit les expériences et qui puisse par sa volonté et son libre arbitre changer ses expériences, en méditant par exemple. Or le "moi" lui-même est n'est qu'une pensée crue et par conséquent une expérience qui apparait et disparait au sein de la conscience. Le moi ne médite pas, il devient éventuellement un objet de méditation.

Le moi est une pensée et en tant que tel, un objet de perception. Voir cela est la véritable révolution intérieure. Pour cela il vous faut mettre en question vos "évidences", même les plus tenaces. Méditer c'est s'ouvrir à la perspective d'un regard direct et omniprésent, un regard désencombré de toute intentionnalité.

Méditer c'est mourir au soi illusoire pour renaître au Soi. Méditer c'est Être tout simplement.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire