Feel it !




Paroles et musique de Dan Speerschneider
un album pour célébrer la vie ;-)

lundi 14 septembre 2020

L'investigation de l'apparent moi-séparé

Même si la croyance et l'impression d'un moi séparé, se dissout par instants de grâce, cette impression se révèle assez tenace et continue à imposer sa dictature jusqu'à ce que vous découvriez directement et pour de bon que ça n'a rien à voir avec votre véritable identité, ce que l'on appelle aussi votre vraie nature.

La plupart des êtres humains expérimentent souvent des petits intervalles étonnants dans l'apparente continuité du moi séparé, alimenté par la mémoire, mais ne réalise pas que cet espace qui se révèle de lui-même est en réalité le Soi.

Au lieu de ça, le mental recommence très vite son activité d'étiquetage systématique, et l'identification au corps-mental reprend avant d'avoir pu pleinement apprécier l'ouverture. Jusqu'à ce que Le Soi se réveille à sa propre réalité, cet espace est relégué au rang d'une simple expérience spirituelle que l'on range dans les cases de la mémoire dévolues à ce genre d'expérience, sans en goûter la merveille.


Cela est compréhensible puisque vous avez passé toute votre vie à vous identifier à un ensemble de mémoires, de caractéristiques, d'histoires, de goûts et de préférences, à un corps, à un genre, un âge, une origine, une nationalité, des compétences et des handicaps, des réussites et des échecs.

Notre identité publique, personnelle, celle que les autres peuvent connaître, que l'on peut décrire, photographier, filmer, raconter, semble tellement naturelle, que nous n'avons pas l'idée de remettre quelque chose d'aussi évident et partagé par tous en question. Il faudrait être fou pour remettre notre identité personnelle, celle sur laquelle tout le monde s'accorde, en question. Les gens qui nous entourent, la famille, les amis, les médias, renforcent cette identité en s'accordant sur ce consensus que vous êtes une personne séparée dans un monde peuplé d'entités séparés, de personnes séparés, de consciences ou d'âmes séparées qui coexistent et interagissent.

La pensée je semble dire qu'elle est le centre de toute expérience, de toute pensée et de toute action. Et ce centre de pensée et de contrôle pour la plupart des êtres semble se trouver quelque part entre les yeux, dans la tête si on est occidental et peut-être dans la région du cœur si on est asiatique.

Mais la spiritualité authentique a un point de vue non duel et radical  qui vous invite à considérer la possibilité que ce moi séparé n'est pas le véritable centre de l'expérience mais simplement une construction mentale associée à un ensemble d'impressions sensorielles.

Si vous êtes ouvert à cette investigation radicale, il se pourrait bien que vous découvriez soudain que votre apparente identité séparée n'est en réalité qu'une vague parmi un multitude d'autres vagues à la surface de l'océan.

Dans l'investigation du Soi, vous retournez simplement la flèche de l'attention - habituellement tournée vers les objets - vers sa propre source pour investiguer l'apparent moi séparé. Que dé - couvrez vous ?Est-ce qu'il y a vraiment là une entité séparé, une entité continue, ou ne trouvez-vous qu'une activité de pensées fugitives, de mémoires transitoires, un ensemble de perceptions qui vont et viennent ?

Et, si c'est une simple construction mentale associée à des impressions sensorielles évanescentes, qui êtes vous alors réellement ? Dans le processus d'investigation du Soi, où vous ramenez constamment l'attention à sa source, vous commencez à chercher ce que vous êtes mais en réalité vous ne rencontrez que ce que vous n'êtes pas, c'est à dire des sensations, des émotions, des pensées, jusqu'à ce que vous vous trouviez soudain dans un espace sans limite et sans âge, un espace de Présence éveillée à Lui-même en tant qu'Espace, un espace d'absolu non savoir. 

Peu à, peu dans cette investigation, le mental s'épuise lui-même. Or, cet épuisement est paradoxalement le but même de l'investigation, afin que le mental puisse enfin se détendre en sa source et y demeurer. Et, c'est justement là, et seulement là, que Vous êtes susceptible de réaliser de façon vivante que Vous n'êtes rien de perceptible ou de concevable mais la Présence dans laquelle tout apparaît et disparaît.

L'investigation du Soi n'a donc rien à voir avec une analyse intellectuelle ou une compréhension. C'est juste une façon de pointer directement en direction de la source vivante de toute expérience et toute pensée, mais qui ne peut jamais être comprise ou saisie pas la pensée.

L'approche la plus connue et la plus directe pour mener l'investigation du Soi est l'auto-questionnement Qui suis-je ? Cette investigation est devenue très célèbre par l'insistance du grand sage indien Ramana Maharshi et certains de ses disciples ou émules (Papaji, Mooji et autres). Cet auto-questionnement est une manière d'inviter la conscience à revenir en sa source, au travers de la tentative de dé - couvrir ( au sens de cesser de couvrir) qui est celui qui est conscient ?

En tant qu'êtres humains nous faisons sans cesse usage du mot "je", comme si nous savions ce que cela signifiait, où ce "je" se trouvait et en quoi ça consistait.
En effet, nous disons sans cesse, je crois, je pense, je dors, je marche, je mange, je choisis je fais, mais savons-nous vraiment à quoi se réfère cet apparent "je" ? il semble que nous accordions une foi démesurée en ce "je". Nous nous sommes identifiés à tout un ensemble d'images à propos de ce "je" et vous avez certainement comme moi constaté combien nous sommes prompts à nous occuper des apparents besoins de ce "je" apparent et défendre ces images si elles sont mises en péril par le mental ou les autres ou simplement la Vie telle qu'elle se présente.

Pour que l'investigation du Soi soit effective, vous devez bien sûr réaliser comme le disait Nisargadatta Maharaj que "vous n'êtes rien de perceptible ni de concevable". Les perceptions et les pensées vont et viennent mais Vous qui en êtes le témoin ne venez pas et ne vous en allez pas avec elles. Vous n'êtes pas un objet qui peut être perçu, vous êtes ce par qui tout est perçu.


Ainsi vous réalisez que au travers de cette investigation du Soi, que le mot "je" que l'on utilise à tout bout de champs n'a rien à voir avec ce à quoi l'on croit qu'il se réfère à savoir les sensations (le corps) et les pensées (le mental), mais à quelque chose de tellement plus vaste, voire à rien de perceptible, à un Sans Forme, indicible. Au lieu de vous poser la question qui suis-je, vous pourriez vous poser la question où suis-je, ou  par exemple qui perçoit ces mots, qui entend ces sons ? Ce questionnement ne devrait pas générer d'arborescences de pensées mais ramener inlassablement le mental en sa source silencieuse. En refusant d'accorder de l'attention aux perceptions ou aux pensées, mais en ramenant au contraire systématiquement la flèche de l'attention à sa source, comme un élastique tendu vers un but se détendrait soudainement, comme une tortue rétractant sa tête et ses pattes sous la carapace, vous ramenez encore et encore le mental en sa source silencieuse.

Vous ne cherchez jamais au cours de cette investigation à répondre sur un plan mental. Vous laissez simplement la question elle-même tomber dans le Silence dont elle avait émergé, comme si vous assistiez à la tombée d'un caillou dans un lac étale, et contempliez les circonvolutions se propager dans toutes les directions sans en faire une histoire, sans étiqueter, sans  comparaison, sans chercher à conclure.

Cette investigation ne doit pas nécessairement être menée de façon régulière à des heures précises. Ce questionnement peut être fait à tout moment de la journée comme nous y invitait Ramana Maharshi. L'invitation sous-jacente est bien sûr de le faire tout le temps, jusqu'à ce que, dés que le questionnement surgisse, aussitôt le mental revienne en sa source.

Pour les gens plus accoutumés à l'investigation, Ramana Maharshi invitait à le faire d'une façon légèrement différente qui a aussi été la mienne. Vous portez directement votre attention sur la pensée "je", sur la pensée-sensation "je" ou "je suis"  (Nisargadatta avait la même et constante invitation) qui est la première des pensées, et donc celle qui est la plus proche de la source. Demeurez en ce "je" et  vous verrez l'apparent "je" se dissoudre dans l'arrière-plan, et vous ferez l'expérience directe du Soi.

Ramana disait que "je suis" est le but ET l'ultime réalité". "S'y maintenir avec effort est l'investigation, lorsque c'est spontané et naturel, c'est la réalisation."

Le paradoxe dans l'investigation du Soi est que l'on est invité à chercher quelque chose qui est introuvable. Lorsque Huei 'Ko (487-593, maître Chan) était disciple dans la voie directe du Chan il demanda à son propre maître Bodhidharma : "S'il te plaît, pacifie mon esprit" Le maître lui répondit : "Apporte-moi ton esprit, et je vous le pacifierai". Après plusieurs semaines d'intense recherche de son esprit, il revint vers son maître et lui dit : "J'ai cherché mon esprit partout, mais je n'ai pu le trouver."
Bodhidharma lui dit alors : "Ah, alors j'ai réussi à le pacifier".

Voici deux vidéos qui se proposent un accompagnement non duel sur la base de l'investigation du Soi :

https://www.youtube.com/analytics#;fi=v-vOJVD5LHHck

(Séance de "thérapie non duelle" 1 : théorie et pratique)

https://www.youtube.com/analytics#;fi=v-hUR0k4JLNkI

Voici un exemple de séance d'investigation non duelle individualisé. (2 ème partie).
Un accompagnement non duel pour, non pas "libérer la personne", mais vous libérer de l'idée d'être une personne séparée...Avec bien sûr, ici, des "longueurs" (bien qu'il y ait des coupures) des silences...inhérentes à une telle approche.


Belle investigation à toi lecteur...

Amor Fati

samedi 5 septembre 2020

Penser et croire.

 Le mental tente sans cesse de saisir ou de rejeter. Il a apparemment été façonné ainsi sans doute pour les besoins de l'évolution au sens Darwinien et la survie de l'espèce dans une certaine mesure. 

Le hic c'est que pendant que le mental juge ceci comme désirable ou cela comme méprisant, tout est tel que c'est ! Que vous aimiez ou que vous n'aimiez pas la façon dont les médias officiels relaient le coronavirus ou pas, ou ce que cette personne vous a dit ou fait, ce qui est essentiel c'est que Vous êtes. Oui Vous êtes ! Ça a l'air de rien allez-vous peut-être répondre. Et pourtant...

Alors même que vous jugez ceci ou cela juste ou injuste, intéressant ou inintéressant, beau ou laid, vrai ou faux, important ou pas important, drôle ou tragique, Vous êtes en réalité la Présence dans laquelle ces jugements positifs ou négatifs apparaissent et disparaissent. 

Dés que vous oubliez votre être véritable, cette Présence consciente en laquelle toute pensée, émotion, sensation, perception vont et viennent, il y a une forme de fixation de l'attention sur la perception. Et, cette fixation occasionne immédiatement une contraction dans le corps. 

Cette contraction dans le corps est la manifestation même de l'ego. L'ego n'est pas une entité mais une dynamique de saisie et de rejet, une énergie de croyance. L'ego se manifeste toujours comme un désir d'ailleurs et de plus tard. d'ailleurs qu'Ici et de plus tard que Maintenant ! Un désir de ce qui n'est pas ou un refus de ce qui est. 

Cette contraction crée un sentiment de séparation, d'isolement, de souffrance et est la source de presque tous les conflits dans le monde. 

Si, au lieu de croire en la réalité d'une pensée, vous la considérez simplement telle qu'elle, c'est à dire une perception transitoire apparaissant et disparaissant dans la Conscience, une perception transitoire qui n'a absolument rien à voir avec votre réalité intime qui est pure Présence consciente, le corps demeure détendu et, vous permettez alors également à l'environnement, aux autres et au monde d'être pleinement accueillis et reconnus tel qu'ils sont en réalité, pure Présence et, en quelque sorte de se détendre dans la Présence dont ils n'avaient en réalité jamais été séparés !

En vous libérant vous-même, Vous libérez le monde et les autres !

Si la pensée d'un extraterrestre ailé à points roses survient dans le mental, vous n'allez pas alarmer le monde entier que vous venez de voir passer cet être saugrenu. Mais si les pensées "elle ne m'a jamais aimé", "il m'a menti" ou "c'est un complot mondial pour nous soumettre" surviennent, il se pourrait bien que vous réagissiez violemment, et deveniez très sérieux à propos de ces pensées, de sorte que vous en veniez à oublier momentanément que le manque d'amour, le mensonge et le complot mondial n'existent que dans la pensée qui semble les créer, jusqu'à chercher tout de suite l'approbation à propos de ces pensées auprès de vos congénères humains. Ce besoin d'approbation de vos pensées crée la violence. Une violence terrifiante. Toute demande d'amour est violence faite à la vie.

Il peut y avoir de la pensée sans énergie de croyance, sans identification. En ce cas, si la pensée n'est pas crue, il n'y a pas de mouvement de saisie ou de rejet. Vous laissez simplement les pensées aller et venir comme les nuages aller dans le ciel, sans vous sentir concerné par leur vitesse, leurs couleurs, leurs formes, ni par leur lente métamorphose.

Pour que toute croyance soit reléguée au simple rang de pensée, et regagne son statut véritable et équitable de simple perception transitoire au sein de la Présence, il vous faut être animée d'un brûlant désir de vérité. Désenchevêtrer l'énergie de croyance de la pensée, exige d'éveiller en vous l'intelligence discriminante et d'être ouvert à une investigation sans faille et permanente.

Dans une chanson * que je partagerai bientôt et, rendant hommage à la voie de la Vision Sans Tête et à Douglas Harding qu'il a concue et initiée, ça commence ainsi :

"Notice all your thoughts they are like birds 

Flying in the sky but they don’t hurt

You don’t have to say a single word

Just open up your heart and be the world".

Vous pensez être un bijou d'une forme bien particulière, une boucle d'oreille, une bague, un bracelet, séparé des autres bijoux mais êtes ignorant de l'or qui vous constitue et qui est le même pour tous les bijoux.

Vous croyez être une vague et avez omis qu'en réalité vous êtes l'eau de l'Océan.

Vous croyez être une personne mais la personne est un simple masque au sens étymologique, et il n'y a à proprement parler personne au contrôle de l'organisme corps-mental, séparé des autres et du monde. C'est une totale aberration que de le croire, source de misère infinie garantie. Ce que Vous êtes depuis toujours et qui ne change pas se manifeste à chaque instant en tant que toute chose. 

Investiguez et découvrez pour vous-même qui vous êtes réellement. Ne laissez personne vous dire qui vous êtes. Et, ne vous enfermez pas vous-même dans une définition, aussi belle ou poétique, spirituelle ou héroïque soit-elle. Il n'y a que Vous qui puissiez en faire directement l'expérience de la Vérité. Car Vous êtes déjà pleinement Cela.

Amor Fati


Loose your head and be the world (chanson à paraître sur un tout prochain album)

 

Hommage à Douglas Harding créateur de la voie de connaissance de notre vraie nature « La Vision Sans Tête »

 

Notice all your thoughts they are like birds 

Flying in the sky but they don’t hurt

You don’t have to say a single word

Just open up your heart and be the world

 

Loose your head and see you are the world

Be the space and feel how all is merged

Sense the night, do your fights

But know you are the light

 

You are not any more a little girl 

So drop Your puppet eyes and leave the swirl

Seeing from behind here shines a pearl

Loose your head and win a bigger world

 

Loose your head and see you are the world

Be the space and feel how all is merged

Sense the night, do your fights

But know you are the light

 

You are not anymore the one who drives

So say goodbye to everything that dies

It’s now and here, it’s close it isn’t far

So say hello to whom you really are 

 

Loose your head and see you are the world

Be the space and feel how all is merged

Sense the night, do your fights

But know you are the light


NB : Pour ceux qui sont intéressés par un accompagnement individuel non-duel à Paris ou par Skype, une thérapie d'accompagnement psycho-corporel pour laisser éclore les émotions bloquées, ou le stage 
de 9 jours, veuillez me contacter au 06 63 76 90 81 ou sur mon mail : adnnn1967@gmail.com 
Si vous voulez vous inscrire pour les rencontres non duelles (sur la base d'une participation en conscience) qui ont lieu de façon bi-mensuelle à chez moi dans le 19e à Paris, et qui ont lieu également par Zoom (gratuit) écrivez-moi un sms sur le numéro ci-dessus.

Contemplation non duelle : Se reposer dans sa vraie nature


Voici un voyage vidéo (extrait de satsang par zoom) vers vous-même par un ensemble de contemplations de l'expérience directe, un voyage vers votre vraie nature, qu'en réalité vous n'avez jamais cessé d'être, sauf en imaginaire.
Il y aura un stage de we pour partager la Présence non duelle le 10 et 11 octobre près de Troyes et le 31 Octobre et 1er Novembre 2020 près de Carcassonne.
"La réalisation consiste à rejeter la pensée je ne suis pas réalisé" disait Ramana Maharshi.


NB : Pour ceux qui sont intéressés par un accompagnement individuel non-duel à Paris ou par Skype, une thérapie d'accompagnement psycho-corporel pour laisser éclore les émotions bloquées, ou le stage 
de 9 jours, veuillez me contacter au 06 63 76 90 81 ou sur mon mail : adnnn1967@gmail.com 
Si vous voulez vous inscrire pour les rencontres non duelles (sur la base d'une participation en conscience) qui ont lieu de façon bi-mensuelle à chez moi dans le 19e à Paris, et qui ont lieu également par Zoom (gratuit) écrivez-moi un sms sur le numéro ci-dessus.

Qu'est-ce que l'éveil : la parabole du serpent et de la Corde

Extrait vidéo de partage de la Présence non duelle à Montpellier


STAGE DE WE PRÈS DE TROYES DU 10 ET 11 OCTOBRE : PRIX :150 Euros + 50 euros la nuit au Gîte.

---------------------

STAGE DE WE ( 31 0CTOBRE ET 1ER NOVEMBRE) PRÈS 

DE CARCASSONNE

À ESPÉRAZA (COÛT SANS L'HÉBERGEMENT 150 EUROS)

Inscription : 0663769081

-------------------------

NB : Pour ceux qui sont intéressés par un accompagnement individuel non-duel à Paris ou par Skype, une thérapie d'accompagnement psycho-corporel pour laisser éclore les émotions bloquées, ou le stage 
de 9 jours, veuillez me contacter au 06 63 76 90 81 ou sur mon mail : adnnn1967@gmail.com 
Si vous voulez vous inscrire pour les rencontres non duelles (sur la base d'une participation en conscience) qui ont lieu de façon bi-mensuelle à chez moi dans le 19e à Paris, et qui ont lieu également par Zoom (gratuit) écrivez-moi un sms sur le numéro ci-dessus.

vendredi 4 septembre 2020

La bénédiction suprême


Lorsque vous reconnaissez tous les visages comme étant le vôtre, c'est que vous connaissez votre visage originel qui est pure transparence, pure ouverture éveillée et capacité pour le monde, les expériences et les créatures.
Cette reconnaissance vient de l'évidence de la non séparation, et se nomme Amour.
Lorsque vous comprenez et que vous sentez directement que l’apparent autre est une expression d’un même Espace d’Amour, vous interagissez et vous entrez en relation avec cette personne et vous le traitez en fonction de cette pensée-sensation.
Et, cette compréhension-sensation de l’Un présent en toute chose, ne s’applique évidemment pas seulement aux autres humains mais également aux animaux, aux plantes, ainsi qu’aux objets dits inertes, qui ne sont pas juste de la matière comme dirait certains scientifiques, mais une expression de la Conscience, faits du même Amour.
Et, l’univers, au travers une infinité d’événements - petits ou grands - appelées synchronicités, trouvera le moyen de vous remercier pour l’avoir touché, écoute, senti, humé, goûté, regardé, parlé et traité tel qu’il est réellement.
Les êtres et les choses, l’univers entier vous diront merci en mille occasions de les avoir ainsi reconnu tels qu’ils sont, le Vivant même, en personne.


Après avoir reflué à la source de votre être et cessé de couvrir par l’imaginaire, cette vacuité infinie que Vous êtes réellement, vous comprenez intuitivement et directement que c’est cette même vacuité qui se manifeste dans le moindre brin d’herbe, mégot de cigarette, fleur, animal, être, forme, son, nuage, expérience plaisante ou douloureuse, la même vacuité qui se manifeste dans chaque rouage de l’univers physique, planètes, étoiles, atomes, quarks, particule de Dieu, dans l’infiniment petit et l’infiniment grand.
Le corps, les autres créatures et le monde se sentiront soudainement délivrés de cette croyance matérialiste et séparatrice qui était la vôtre et qui créait d’incessants conflits et souffrances. Et, ils vous le rendront au centuple. De mille et une manières, que celui qui a des oreilles et un cœur ouverts entendra et sentira.
Vous serez bénis. Car voir la Vie à partir de ce que vous êtes vraiment ouvre la porte à un jeu de reconnaissance sans fin, qui en elle-même est la bénédiction suprême.


STAGES À VENIR POUR PARTAGER 

LA PRÉSENCE NON DUELLE

STAGE DE WE PRÈS DE TROYES DU 10 ET 11 OCTOBRE : PRIX :150 Euros + 50 euros la nuit au Gîte.



Inscription : 0663769081

NB : Pour ceux qui sont intéressés par un accompagnement individuel non-duel à Paris ou par Skype, une thérapie d'accompagnement psycho-corporel pour laisser éclore les émotions bloquées, ou le stage de 9 jours , veuillez me contacter au 06 63 76 90 81 ou sur mon mail : adnnn1967@gmail.com 

Si vous voulez vous inscrire pour les rencontres non duelles (sur la base d'une participation en conscience) qui ont lieu de façon bi-mensuelle à chez moi dans le 19e à Paris, écrivez-moi un sms sur le numéro ci-dessus.

mardi 1 septembre 2020

Hallaj et la poésie de l'Un

Hallaj et la poésie de l'Un


Hussein Mansour Al-HALLAJ (857-922), l'un des plus grands poètes mystiques de tous les temps, célébrait dans sa poésie l'unité avec le divin, l'Un que nous sommes.

Husayn Mansour Hallâj est né en 244 de l'ère musulmane (857) à Beïza, centre très arabisé dans la province perse d'Ahwâz. Son père était cardeur. Son premier maître en mystique fut Sahl de Tustar, puis, à vingt ans, il reçut du grand maître 'Amr Makki, l'habit monastique de sûfi à Basra. Il se maria dans le même temps et eut quatre enfants. Sa belle famille avait des accointances shî'ites extrémistes (zanj) qui le firent suspecter, bien qu'il fût rigoureusement sunnite. Après un premier hajj d'un an à la Mecque, il commença sa première prédication publique en Ahwâz, en rejetant l'habit sûfi, puis il poursuivit sa prédication en Khurâsân. Au bout de cinq ans, il vint s'installer avec sa famille à Bagdad. Après un second pèlerinage, il repartit pour un second grand voyage jusqu'à l'Indus et en revint pour son troisième et dernier pèlerinage (vers l'an 290/902). Revenu à Bagdad, il commença à tenir en public des discours surprenants qui provoqueront une grande émotion populaire. Il fut dénoncé par le poète sunnite zahirite Ibn Dawud, qui demanda sa condamnation à mort. D'abord acquitté, Il fut ensuite à nouveau menacé par le vizir shî'ite Ibn al Fûrat. Quatre disciples sont arrêtés mais lui-même s'échappe et se cache à Suse en Ahwâz, où il sera arrêté et ramené à Bagdad. Son interminable procès de neuf ans, soumis aux retournements du pouvoir, commence alors. En 301/913, un nouveau vizir, prohallagien, Ibn Isâ, fait avorter le procès et soustrait le cas de Hallâj à la compétence du cadi. Hallâj est interné au Palais mais il est autorisé à prêcher aux détenus et il est introduit auprès du khalife. Mais en 306/919, le vizir Hâmad fait rouvrir son procès. Tirant argument de la doctrine de Hallâj sur le remplacement votif du hajj, le cadi prononce la formule : "il est licite de verser ton sang", approuvé par 24 membres du tribunal canoniste. Deux jours après, le 27 mars 922 (309), Hallâj est exhibé au gibet et le lendemain intercis et décapité. Son tronc fut incinéré et ses cendres jetées dans le Tigre. La tête fut gardée par la Reine-mère - qui lui était favorable - au "trésor des têtes" du Palais, avant d'être envoyée en Khurâsân. C'était le premier martyre d'un mystique en Islam.


Heidegger disait que l'unité entre la poésie et la pensée ne peut se produire que si la poésie est sublime et la pensée profonde.

Voici quelques unes de ses fulgurances les plus incandescentes :

"Quelle terre est vide de Toi
Pour qu'on s'élance à te chercher au ciel ?
Tu les vois qui Te regardent au grand jour
Mais aveugles ils ne voient pas" (trad. Sami-Ali, Actes Sud)

"Ton esprit se mêla à mon esprit
Comme l'ambre au musc odorant
Qu'une chose Te touche, elle me touche
Car Toi c'est moi inséparablement" (Sami-Ali)

"Aïe ! Toi ou moi ? Voici deux dieux !
Loin de moi, loin de moi l'affirmation de deux
A jamais mon non-être est pour Toi un être
Et mon tout est en tout équivoque au visage double
Où donc est Ton être là où je regarde ?
Car déjà mon être est là où il n'y a pas "où"
Et où est Ton visage que je cherche du regard ?
Dans la vision du cœur ? Dans la vision de l'œil ?
Entre Toi et moi, un moi est de trop
Que la séparation cesse et que le Toi ravisse le moi !"
(Sami-Ali, Actes Sud)

"Nous sommes deux esprits infondus en un (seul) corps / Aussi me voir c'est Le voir et Le voir c'est nous voir" (Tawâsin)

"Ton image est dans mon oeil, ton invocation dans ma bouche. / Tu demeures dans mon coeur. Où donc peux-tu être absent ? (Yatîma I, traduction Sami-Ali).

"Avec l'oeil du coeur, je vis mon Seigneur. / Et Lui dis: qui es Tu? Il me dit: Toi" (muqatta’a 10)

"Et maintenant je suis Toi-même, / Ton existence c'est la mienne et c'est aussi mon vouloir" (muqatta’a 15)


"Tu demeures dans mon coeur et il contient le mystère de Toi. / Que la demeure se réjouisse et que se réjouisse le voisin! / Il ne contient aucun mystère que je connaisse sauf Toi / Regarde avec Ton oeil: y a-t-il un autre dans la demeure? / Que la nuit de la séparation s'allonge ou s'écourte / L'espoir et le souvenir de Lui me tiennent compagnie. / Ma perte me convient qui Te convient, ô mon Tueur / Et je choisis ce que Tu choisis" (muqatta’a, 23, traduction Sami-Ali).

"J'ai étreint, de tout mon être, tout Ton amour, ô ma Sainteté! / Tu me mets à nu, tant, que je sens que c'est Toi en moi..." (muqatta’a 30)

"Son esprit est mon esprit et mon esprit Son esprit; / Qu'Il veuille, et je veux; que je veuille, Il veut" (muqatta’a 32).

"Ton esprit s'est emmêlé à mon esprit / Tout ainsi que s'allie le vin avec l'eau pure / Aussi qu'une chose Te touche, elle me touche! / Ainsi donc Toi c'est moi, en tout!" (muqatta’a 47)

Et le verset le plus célèbre: "Unifie moi, ô mon Unique (en Toi) / En me faisant vraiment confesser que Dieu est Un / Par un acte où aucun chemin ne serve de route! / Je suis vérité en puissance, et comme la Vérité en acte (al Haqq) est son propre potentiel, / Que notre séparation ne soit plus!... (muqatta’a 39)

Si ce verset est le plus célèbre c'est peut-être aussi parce qu'en disant "Ana al haqq" ("Je suis la Vérité"), en revendiquant juste son droit de naissance, sa véritable nature, celle que chaque être humain peut re dé couvrir en lui-même, il a été condamné à mort pour blasphème, comme Marguerite Porete, le Christ et tant d'autres.

Les religions et les sectes de tout poil ne veulent surtout pas que vous réalisiez la Vérité de votre être atemporel et impersonnel. Elles n'auraient plus de subsides ni de fidèles et leurs caisses seraient vides. Il n'y aurait plus personne à confesser, plus personne à contrôler. Pensez donc au rachat des "pardon" au moyen-âge !
Il leur faut inexorablement continuer à entretenir la peur, et la révérence à un Dieu séparé de l'homme, inatteignable, purement transcendant et non pas immanent, à renforcer les histoires, à régenter vos vies, à durcir vos croyances qui rendent les dévôts fanatiques, afin de vous maintenir dans l'Espoir, qui émousse la sensibilité des êtres à leur êtreté.



Maître Eckhart, théologien et mystique chrétien du moyen-âge, nous conviait au même festin, celui de l'Un en disant :

L"œil par lequel je vois Dieu et l'œil par lequel Die me voit est un seul et même œil, une seule et même vision, une seule et même connaissance, un seul et même Amour."

Je vous souhaite de tout cœur de réaliser la Vérité et l'inséparabilité de votre être !

NB : Pour ceux qui sont intéressés par un accompagnement individuel non-duel à Paris ou par Skype, une thérapie d'accompagnement psycho-corporel pour laisser éclore les émotions bloquées, ou le stage de 9 jours , veuillez me contacter au 06 63 76 90 81 ou sur mon mail : adnnn1967@gmail.com 

Si vous voulez vous inscrire pour les rencontres non duelles (sur la base d'une participation en conscience) qui ont lieu de façon bi-mensuelle à chez moi dans le 19e à Paris, écrivez-moi un sms sur le numéro ci-dessus.

lundi 31 août 2020

Le Voyage Immobile

Le Voyage Immobile

Le voyage de la vie est mouvant-émouvant, l’aventure est incertaine. C’est le vécu.


Cela à partir de quoi le voyage est vécu, est le Vivant.


Cela qui voit, entend, goûte, hume, pense, et sent le voyage, est immobile et Sa paix infinie et certaine.


Vivre l’incertitude des expériences temporelles ( qui ont un début et une fin) à partir de l’atemporelle Présence, vivre l’impermanence à partir de ce qui ne change pas.


Et, au fond re dé - couvrir l’absence de séparation entre Cela qui perçoit et les expériences perçues, entre les vagues et l’eau.


Tu es le Vivant de qui prend toute forme de vie.

NB : Pour ceux qui sont intéressés par un accompagnement individuel non-duel à Paris ou par Skype, une thérapie d'accompagnement psycho-corporel pour laisser éclore les émotions bloquées, ou le stage de 9 jours , veuillez me contacter au 06 63 76 90 81 ou sur mon mail : adnnn1967@gmail.com 

Si vous voulez vous inscrire pour les rencontres non duelles (sur la base d'une participation en conscience) qui ont lieu de façon bi-mensuelle à chez moi dans le 19e à Paris, écrivez-moi un sms sur le numéro ci-dessus.

Qui marche ? Expérience directe de Vision Sans Tête

Qui marche ? Expérience directe de Vision Sans Tête

Napoléon disait "qu'un croquis valais mieux qu'un long discours" et je trouve qu'une photo en vision sans tête vaut parfois mieux également que tout ce que l'on peut en dire, même si la façon dont on invite à retourner l'attention et captiver l'attention de la personne peut avoir son importance.

Expérience non verbale ...


Qui marche ?


Personne ne marche ... Un corps sans tête apparaît dans l'Espace impersonnel au-dessus de vos épaules.



Qui écrit ?


Qui lit ?
Qui pense ?
Qui agit ?
Où est le penseur des pensées ou l’acteur des actes ?
Cherchez-le de façon inlassable jusqu’à ce que cette enquête révèle qu’il n’y a personne au centre de l’expérience... On appelle cette quête impossible en anglais The Unfindable Inquiry !
Retournez inlassablement l’attention à 180 degrés vers la source du regard, de l’écoute, du senti, des pensées pour redécouvrir encore et encore le même Silence, le même Espace, la même Présence, la même vacuité, qui accueille le monde et tout ce qui s’y déroule avec étonnement et émerveillement et un amour inconditionnel...
Pour établir profondément que vous êtes l'axe immobile du monde regardez cette vidéo et pratiquez vous-même l'expérience proposée pour le vérifier par vous-même !


NB : Pour ceux qui sont intéressés par un accompagnement individuel non-duel à Paris ou par Skype, une thérapie d'accompagnement psycho-corporel pour laisser éclore les émotions bloquées, ou le stage de 9 jours , veuillez me contacter au 06 63 76 90 81 ou sur mon mail : adnnn1967@gmail.com 

Si vous voulez vous inscrire pour les rencontres non duelles (sur la base d'une participation en conscience) qui ont lieu de façon bi-mensuelle à chez moi dans le 19e à Paris, écrivez-moi un sms sur le numéro ci-dessus.

dimanche 30 août 2020

La non dualité chez SainteThérèse de Lisieux et la voie du senti

La non dualité chez SainteThérèse de Lisieux
et la voie du senti


Ramana Maharshi disait qu'il y avait deux voies pour réaliser le Soi, L'investigation du Soi ou l'abandon à Dieu. Pour moi l'abandon à Dieu, signifie essentiellement l'abandon à ce qui est, l'acceptation profonde, l'accueil de tout ce qui se présente. 

Je partage cette deuxième voie plutôt sous la forme du senti, de ce que j'appelle faire l'unité avec la forme qui se présente, quelle qu'elle soit d'ailleurs, Dieu, expérience, perception, pensée, concept, émotion, peur ou désir, afin de réaliser que "moi" et la "forme" sommes essentiellement faits de la même substance, de la même Présence, de la même vacuité, de la même lumière, de la même Conscience, du même Soi, qu'importent les mots, afin de réaliser que l'on est en essence le même Un, comme l'eau de l'océan prend momentanément et en apparence la forme d'un nombre incroyable de vagues toutes différentes les unes des autres. 

Cela doit bien sûr être une expérience directe et non une simple compréhension d'ordre intellectuel. Au cours des séances d'accompagnement individualisées ou des stages nous prenons le temps de savourer l'unité en toute chose, toute expérience et toute émotion pour pouvoir se reconnaître en toute chose et réaliser la fameuse mahavakya de la Chandogya Upanishad : "Tat Tvam Asi" : "Tu es Cela" , que je traduis par "Tu es le Sans Forme prenant toute forme".

C'est un aspect souvent essentiel de l'enseignement non duel, souvent minimisé voire méprisé au détriment du Jnana yoga, le yoga de la connaissance et de la discrimination. S'abandonner à la souffrance, à la frustration, à l'impuissance et la sentir complètement, sans commentaires et sans comparaisons mentales, est un art de vivre, qui permet, lorsqu'il est pratiqué avec authenticité, une transposition dans le monde et au quotidien du pressentiment de notre vraie nature, présente en toute chose, ce que Jean Klein et d'autres appellent l'établissement dans le Soi.

L'abandon à ce qui est est implicitement la reconnaissance que je ne suis rien qui prend la forme de tout.
C'est donc une voie non duelle, pure, radicale, et absolue. C'est la voie de ceux que l'on appelle parfois les mystiques. 

Ces quelques phrases de Thérèse de Lisieux montrent que la voie de la dévotion est aussi une voie directe menant à l'union avec le Rien du Tout, à la reconnaissance implicite de notre vraie nature.

L'amour de ce qui est balaye toutes les identifications erronées à l'idée et à l'impression d'être une personne séparée. Je ne connais pas toute son œuvre mais ces phrases sont des perles non duelles que j'avais envie de vous partager.


Mon Dieu, "je choisis tout". Je ne veux pas être une sainte à moitié, cela ne me fait pas peur de souffrir pour Vous, je ne crains qu'une chose c'est de garder ma volonté, prenez-la, car je choisis tout ce que Vous voulez.

Maintenant, c'est l'abandon seul qui me guide, je n'ai point d'autre boussole!... Je ne puis plus rien demander avec ardeur, excepté l'accomplissement parfait de la volonté du Bon Dieu sur mon âme.

Jésus ne demande pas de grandes actions, mais seulement l'abandon.

Oui tout est bien lorsque l'on ne recherche que la volonté de Jésus.

Toujours ce que le Bon Dieu veut m'a plu, au point que s'il m'avait donné à choisir c'est cela que j'aurais choisi.

Sainte Thérèse de Lisieux ( extraits de Sainte Thérèse de l'Enfant jésus, manuscrits autobiographiques)

En réalité la première phrase de la prière du Notre Père exprime cela parfaitement : "Que Ta volonté soit faite".

Je ne suis ni chrétien ni mystique, ni ceci ni cela, mais reconnaissons - la philosophie éternelle comme le disait Aldous Huxley - lorsqu'elle se présente, où qu'elle se présente.

Nous avons tous rencontré des expériences douloureuses sur différents plans. Et, lorsqu'il nous est donné de nous donner complètement à la souffrance, c'est à dire de la sentir complètement, vibratoirement, sensoriellement, tactilement, sans faire référence à la mémoire, ni aux associations mentales, sans en faire une histoire, sans étiqueter les sensations, aussi désagréables soient-elles, se révèle soudain une Présence, se révèle soudain que quelque chose en nous n'avait jamais été touché, que notre vraie nature de conscience, l'Espace de conscience dans lequel la souffrance naît et meurt, Lui ne naît pas et ne meurt pas avec la souffrance, mais qu'au contraire elle se révèle avec une acuité incandescente comme ayant toujours été là.


Je vous souhaite de vous donner entièrement à la souffrance, car c'est la porte la plus directe vers l'Amour que Vous n'avez jamais cessé d'être.

                                                                     Amor fati